Conditions enseignantes, Conditions pour enseigner Colloque les 8, 9, 10 janvier 2015 à Lyon

Scrutée en France ces dernières décennies tant par des chercheurs que par des responsables administratifs et politiques, ou encore par des enquêtes confiées à des instituts de sondage, la condition enseignante a fait l’objet d’études et de rapports, qui ont donné une vue sur la profession en termes d’évolution de l’identité professionnelle et des problèmes de reconnaissance sociale rencontrés par les enseignants. Des études existent aussi à l’échelle internationale. L’expression consacrée « la condition enseignante » constitue un raccourci utile dont on ne peut totalement se passer mais auquel il convient de préférer d’emblée le pluriel, tant les catégories enseignantes et leurs situations sont diverses, tout en ayant un noyau commun, et cela d’autant plus que le groupe professionnel n’a jamais été aussi divers en termes de statut et de formation et qu’il est amené à coopérer avec des professionnels eux-mêmes de plus en plus variés … Le pluriel s’impose dans la dimension comparative internationale, telle que par exemple la publication de l’OCDE Regards sur l’éducation Education at a glance permet d’y avoir accès en termes statistiques. Se référant explicitement à ce pluriel, le colloque privilégiera les approches à portée large et comportant une perspective comparative tant intra-nationale vue sur une catégorie enseignante mise en perspective par rapport à d’autres qu’extranationale. Qu’ont à nous apprendre les regards portés sur des conditions enseignantes éloignées de celles que nous vivons de l’intérieur ?

viaConditions enseignantes, Conditions pour enseigner | Réalités, Enjeux, Défis.

Avenant n° 4 du 29 octobre 2014 à la convention entre l’Etat et l’ANR relative au programme d’investissements d’avenir (action : « Initiatives d’excellence en formations innovantes numériques – IDEFI-N ») | Legifrance

Avenant n° 4 du 29 octobre 2014 à la convention entre l’Etat et l’ANR relative au programme d’investissements d’avenir (action : « Initiatives d’excellence en formations innovantes numériques – IDEFI-N »)

viaAvenant n° 4 du 29 octobre 2014 à la convention entre l’Etat et l’ANR relative au programme d’investissements d’avenir (action : « Initiatives d’excellence en formations innovantes numériques – IDEFI-N ») | Legifrance.

Marcel Lebrun : « L’écart entre collaboration et aliénation numérique est étroit » – Educpros

Spécialiste de pédagogie, Marcel Lebrun est aussi un ardent défenseur des technologies dans l’éducation. A l’occasion du salon Educatec-Educatice, qui se tient du 26 au 28 novembre 2014 à Paris, le professeur de l’Université catholique de Louvain défend l’idée que le numérique peut être source d’émancipation, à condition de repenser la manière d’enseigner.

Désormais présent partout, le numérique bouleverse les habitudes des enseignants et des étudiants. Mais suffit-il à transformer la pédagogie ?

Le numérique peut avoir un impact sur la pédagogie, à condition que celle-ci change. En effet, si les nouvelles technologies externalisent les savoirs, elles demandent aussi de mieux savoir utiliser les outils. Comme le dit Michel Serres, on n’a pas le cerveau vide mais libre, libre pour acquérir des compétences. Ce qui nécessite une formation : interagir efficacement sur les réseaux sociaux s’apprend, de même que travailler en groupe, par exemple.

viaMarcel Lebrun : « L’écart entre collaboration et aliénation numérique est étroit » – Educpros.

L’université de Californie moissonne ses articles – Libre accès à l’information scientifique et technique

L’université de Californie a mis en œuvre une application pour localiser les publications de ses auteurs. Cet outil moissonne différentes ressources telles que le Web of Science et CrossRef pour trouver les articles dont au moins un auteur a comme affiliation l’université. Après vérification auprès de l’auteur, l’article est déposé dans l’archive institutionnelle eScholarship en tenant compte, si nécessaire, de la période d’embargo. Cette application rend effective la politique de l’université en automatisant le dépôt. Elle génère aussi des lettres types que les auteurs peuvent envoyer aux éditeurs pour les informer de la politique de l’université.

viaL’université de Californie moissonne ses articles – Libre accès à l’information scientifique et technique.

eScholarship | University of California

Automated Publication Harvesting System Progress

Scope of Work

The automated harvesting system will closely monitor publication sources, including public and licensed publication indexes, for any new materials published by UC authors. The system will gather as much information about the publication as possible and will notify the author by email when any have been detected. Author approved publications will then be submitted to eScholarship, where they will be available to the public.  Phase 1 is a Pilot Phase that includes three campus partners: UC Irvine, UCLA, and UCSF.

Automated Publication Harvesting System Progress – Open Access Policy Implementation (OAPI) Project – Wiki@UCSF

2014 Survey on e-learning in the European Higher Education Institutions

The study, which was launched in November 2014, presents and analyses the results of a survey conducted by EUA between October and December 2013 which gathered 249 answers from higher education institutions from across Europe.

The goal of the survey was to map European university capacities for e-learning and assess perceptions regarding its general impact on learning and teaching.

The survey asked about the type of e-learning institutions use, their experiences in this area and their expectations. It considered blended and online learning in various formats. Given the strong interest in Massive Open Online Courses (MOOCs), a large section of the report is also dedicated to this issue.  The survey also posed questions regarding support structures and services, intra-institutional coordination, quality assurance and recognition.

The results of the survey showed that the vast majority of institutions offer blended learning and online learning courses (91% and 82% respectively). Less frequent, but seemingly also on the rise, were other forms of provision such as joint inter-institutional collaboration and online degree courses. Furthermore, nearly half of the surveyed institutions said they already had an institution-wide strategy (for e-learning) in place, and one fourth were preparing one.

The survey also demonstrated for example that Massive Open Online Courses (MOOCs) are still of high and seemingly growing interest at European universities. At the time of the survey at the end of 2013, only 31 of the responding institutions (12% of the sample), offered MOOCs or were just about to launch them. But almost half of the institutions that did not offer MOOCs indicated their intention to introduce them.

The study results will be used by EUA in the European higher education policy debate, with regard to the EC Communication on “Opening up education” (September 2013) and the ongoing discussion on teaching and learning in the Bologna Process. EUA will also use them to devise measures for supporting and providing networking opportunities for higher education institutions committed to or interested in the topic.

via2014 Survey on e-learning in the European Higher Education Institutions.

For the publication, please click here.

Education in the Digital Era Conference – 11 Dec 2014 – Brussels

Education in the Digital Era Conference

11 Dec 2014 – Brussels

Themes

Quality and relevance of learning

  • Opening up the debate on making learning more interactive and connected through digital means, responding to learners’ individual needs and goals.

Increasing the impact of educators

  • Unlocking the potential for a more personal and effective interaction with students.

Addressing educational inequalities

  • Learners, whether in a formal or non-formal context, can digitally access the best content, resources and teachers.

viaEducation in the Digital Era Conference.

German Rectors’ Conference – MOOCs in the context of digital teaching

The potential and problems of MOOCs – MOOCs in the context of digital teaching

The German Rectors’ Conference (HRK) published a reader which offers an analysis of the current situation of MOOCs and discusses fields respectively scenarios of possible applications.

viaNew Media – HRK.

Download

Pour la Science – L’avenir incertain d’Internet

Le Web est né au CERN il y a 25 ans. Il a depuis conquis le monde, et son essor oblige désormais à ce qu’on l’étudie scientifiquement : il s’agit de prévoir son développement, d’améliorer l’accès à l’information, de lutter contre la cybercriminalité et de mieux gérer nos vies en ligne.

Nigel Shadbolt et Tim Berners-Lee

Depuis l’invention et l’envolée du World Wide Web au milieu des années 1990 , son utilisation a explosé. Ainsi, en 2014, on estime que chaque minute, deux millions de requêtes Google sont effectuées, 571 nouveaux sites web sont créés, 2 000 nouvelles photos sont ajoutées sur Tumblr, 204 millions d’emails sont envoyés… Le Web a révolutionné les secteurs des médias, de la banque, de la santé, etc. Mais se rend-on bien compte que le Web représente plus que la somme de ses pages ? D’importantes propriétés émergentes sont apparues et transforment la société. Le courrier électronique a apporté la messagerie instantanée et, avec elle, des réseaux sociaux tels que Facebook. Le transfert de documents a débouché sur des sites de partage de fichiers qui ont conduit à des portails tels que YouTube. Et l’étiquetage des contenus crée des communautés d’internautes qui partagent tout, de l’actualité musicale aux conseils pour l’éducation des enfants.

Toutefois, peu de chercheurs étudient comment naissent ces propriétés émergentes, comment nous pourrions les domestiquer, quels phénomènes nouveaux pourraient apparaître ou ce que tout cela peut signifier pour l’humanité. Une nouvelle discipline, la science du Web, a ces questions pour objet.

viaPour la Science – L’avenir incertain d’Internet.

Henri Verdier Blog: Gouvernement des algorithmes : une contribution au débat

Une controverse fondamentale se noue actuellement sur l’émergence – réelle ou supposée – du « gouvernement des algorithmes. » Et sur ses dangers, parmi lesquels, certains annoncent tout simplement « la mort du politique ».

Les datasciences entrent concrètement dans nos existences : capacité à nous proposer les livres ou les destinations qui nous intéressent, big data appliqué à la lutte contre la fraude fiscale, optimisation des patrouilles de police par le logiciel Predpol, choix de la meilleure distribution des équipements publics dans une ville, smarts cities, allocation des ressources douanières, assistance informatique à la décision du chirurgien ou du juges des libertés, calcul du prix de notre billet d’avion, recours au A/B testing pour choisir la meilleure manière de nous adresser un courrier de relance. Nous pressentons la force de cette vague qui englobe le développement des datasciences, l’analytique prédictive, le succès des  data-driven strategies, l’augmentation de l’intelligence embarquée dans un nombre croissant d’objets, la personnalisation de plus en plus grande des biens et des services, les bulles algorithmiques de plus en plus adaptées à nos personnalités, un monde de plus en plus serviciel…
Nous sentons aussi qu’il s’agit d’une nouvelle forme de pouvoir, qu’il soit exercé par de grandes entreprises commerciales ou par des gouvernements. Et nous ressentons une sourde inquiétude face à un monde de plus en plus « intelligent », c’est-à-dire en fait de plus en plus capable de nous suivre, de nous connaître, de nous servir mais aussi de nous guider vers le « meilleur choix ».

Vers quoi tendent toutes ces évolutions ? Quel avenir nous réservent-elles ? Quel projet inconscient les sous-tendent ? Il n’est pas inutile de se poser ces questions maintenant… Et justement, la polémique a commencé cet été, et de belle manière.

Developing Razor Sharp Focus with Zen Habits Blogger, Leo Babauta | Learning Fundamentals

If you’ve just logged into Facebook or your email for the 10th time today or find yourself thinking in Facebook statuses throughout the day, it may be time to read Leo Babauta’s eBook “Focus: A simplicity manifesto in the age of distraction”.

This free eBook contains dozens of practical suggestions to help you enjoy life more, enhance your creativity and get things done.

If there ever was an equivalent of steroids for focus, this book is it – it’s a great tool to help anyone develop razor sharp focus and churn out quality work.

After reading this book, I made a number of changes that dramatically sharpened my focus. I have summarised a number of the strategies in the mind map below.

viaDeveloping Razor Sharp Focus with Zen Habits Blogger, Leo Babauta | Learning Fundamentals.