2013/10/16 > BE Royaume-Uni 124 > Futurelearn dévoile les premiers Moocs britanniques

Futurelearn -la version beta de la plateforme Moocs (massive online open courses, cours en libre accès grande échelle sur Internet) détenue par the Open University- a été lancée le 18 septembre 2013, conformément à ce qui avait été annoncé par Simon Nelson, le directeur général du projet.

1. Analyse descriptive de la solution dévoilée

  • 1.1. Zoom sur l’interface utilisateur
  • 1.2. Structure de présentation d’un module

2. Les enjeux stratégiques globaux liés au potentiel de développement des Moocs

  • 2.1. Des perspectives d’amélioration à lire dans les données
  • 2.2. Les bénéfices d’une exportation du savoir sans frontière
  • 2.3. Les entreprises réclament des certificats dignes de confiance

3. Un nouveau venu dans un secteur prometteur

Site internet de Futurelearn : https://www.futurelearn.com/

via2013/10/16 > BE Royaume-Uni 124 > Futurelearn dévoile les premiers Moocs britanniques.

W3C : l’édition numérique et l’EPUB façonneront le Web de demain

Le lancement d’un groupe de réflexion sur l’édition numérique, intégré au W3C, le World Wide Web Consortium, s’était fait en toute discrétion, mais une formation donnée par l’IDPF pendant la Foire du Livre de Francfort fut l’occasion de le mettre en avant. Markus Gylling, membre de l’IDPF et du consortium DAISY, à la codirection du groupe, a pu évoquer le travail en cours.

viaW3C : lédition numérique et l’EPUB façonneront le Web de demain.

3 avantages d’utiliser le livre numérique (eBook)

En ce moment, le monde de l’éducation vit une certaine mutation avec l’arrivée des livres numériques. Le traditionnel manuel scolaire fait partie des murs de l’école depuis toujours. La majorité des organisations achètent les manuels et les prêtent aux élèves. Certaines institutions privées demandent aux élèves d’acheter leurs propres manuels. Dans les deux cas, un manuel est acheté et, éventuellement, il devient désuet et bon pour le recyclage.

3 avantages d’utiliser le livre numérique :

  1. Les coûts (argent et environnement)
  2. Le poids et l’espace des ouvrages
  3. La mise à jour du contenu

via3 avantages d’utiliser le livre numérique (eBook).

PORTRAITS DE L’ECOLE DU FUTUR – Grenoble Ecole de Management, EM/ESC

PORTRAITS DE L’ECOLE DU FUTUR : LE NOUVEAU LIVRE BLANC

Suprématie des nouvelles technologies, explosion d’Internet et étudiants férus de numérique ont bouleversé les modes d’apprentissages et d’acquisition du savoir. L’école d’aujourd’hui est-elle encore en phase ? Doit-elle s’adapter à ces profonds changements ? Comment doit-elle intégrer ces nouvelles pratiques d’enseignements ?

viaActualités – Grenoble Ecole de Management, EM/ESC.

www.conte-moi.net

Conte-moi est un projet de collecte et de valorisation du patrimoine oral francophone. Le projet s’enrichit au fil des années de nouveaux contes venant de nouveaux pays… Et la collecte continue !

viaAccueil | www.conte-moi.net.

Y aura-t-il encore des livres à l’école ? Impact du numérique sur le devenir du livre scolaire | L’ÉCOLE DE DEMAIN

viaY aura-t-il encore des livres à l’école ? Impact du numérique sur le devenir du livre scolaire | L’ÉCOLE DE DEMAIN.

Julian Assange : « L’avancée des technologies de l’information annonce la fin de la vie privée »

Le livre The New Digital Age, (« La Nouvelle Ere numérique », non encore traduit) est un projet clair et provocateur d’impérialisme technocratique rédigé par deux de ses principaux thaumaturges, Eric Schmidt et Jared Cohen. Dans cet essai, ils créent le nouveau langage de la puissance américaine au XXIe siècle. Ce langage traduit la relation plus proche que jamais qu’entretiennent la diplomatie américaine et la Silicon Valley, M. Schmidt étant le président exécutif de Google, tandis que M. Cohen, ancien conseiller de Condoleezza Rice et d’Hillary Clinton, dirige aujourd’hui le think tank Google Ideas.

viaJulian Assange : « L’avancée des technologies de l’information annonce la fin de la vie privée ».

Domaine public et sérendipité : le fabuleux destin d’un flocon de neige | :: S.I.Lex ::

« Vous avez parlé de dissémination des œuvres sur internet. Qu’est-ce que cela signifie ? S’agit-il de diffusion immédiate ou d’éparpillement ? Que craignez-vous ? Quel serait le délai adéquat de l’exclusivité ? Quel serait le bon tempo ?

Le mot « dissémination » n’est certainement pas très beau, mais il exprime une réalité forte à propos du domaine public numérisé. Une fois que des oeuvres anciennes sont mises en ligne, elles acquièrent une valeur d’usage nouvelle qui peut conduire à ce qu’elles voyagent sur la Toile de manière complètement imprévisible.

(Sérendipité, le fait de découvrir des choses par accident).

viaDomaine public et sérendipité : le fabuleux destin d’un flocon de neige | :: S.I.Lex ::.

Une audiovidéothèque en littérature française — Enseigner avec le numérique — Éduscol numérique

Dans le cadre du projet FleNet (Français langue étrangère et Internet), l’Université espagnole de León propose en ligne une base de données audio et vidéo à destination des étudiants, enseignants et chercheurs en français langue étrangère, voire toute personne intéressée par la littérature francophone.

FLENET (Français langue étrangère et Internet), comme l’indique la présentation sur le site, est un « projet de recherche sur les applications pédagogiques des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) dans le domaine du français langue étrangère (FLE). Ce projet créé en octobre 1999 constitue en même temps une base de données, un centre de ressources et un laboratoire d’expériences pédagogiques en relation avec l’enseignement / apprentissage du français langue étrangère ». Les espaces web de FLENET sont plus particulièrement hébergés par l’ Université de León en Espagne.

viaUne audiovidéothèque en littérature française — Enseigner avec le numérique — Éduscol numérique.

Le Monde : Qui a peur de l’open access ?

En juillet 2012, la Commission européenne a émis une recommandation relative à la publication en accès ouvert (c’est-à-dire gratuit pour le lecteur) des résultats de la recherche scientifique financée sur fonds publics (Lire Le Monde du 28 février 2013). La Commission considère en effet qu’une telle démarche est nécessaire pour renforcer la visibilité de la recherche européenne à l’horizon 2020, en levant progressivement les obstacles qui se dressent entre le lecteur et l’article scientifique, après un éventuel embargo de six à douze mois.

Qui a peur de l’open access ?.