Thot Cursus : Le Blended Learning au service de la formation continue et des universités

Les rythmes de travail actuels, les déplacements pendulaires et le besoin de flexibilité dans le monde du travail et de l’éducation amènent de plus en plus d’entreprises, d’organismes de formation et d’universités à proposer à leurs apprenants des formations mixtes aussi appelées « blended learning ».

Qu’est-ce-que la formation mixte ou le blended learning ?

Selon Philippe Gil, co-directeur de Demos eLearning Agency : « le blended learning mixe « séances en présentiel avec un formateur, et temps de formation distancielle asynchrone durant lesquels l’apprenant s’autoforme via des outils technologiques »  ou des classes virtuelles : en temps réel, plusieurs individus sont connectés à un enseignant.

Cette combinaison permet d’optimiser l’apprentissage, en utilisant à la fois les bénéfices de la technologie et de l’aide humaine. […]. Dans le cadre de la formation, ce type de plateformes d’échanges, très tournées terrain, « fonctionne comme le compagnonnage… »

Source : Etude Blended Learning et Tutorat, Demos, 2008-2009

L’attirance pour un modèle de formation en blended learning est relativement récente :
44% des entreprises utilisent l’approche blended learning depuis moins de 2 ans.

Source : étude Blended Learning et Tutorat, Demos, 2008-2009

Aujourd’hui, la plateforme MOS Chorus de MindOnSite est présente dans de nombreuses organisations, de la PME, aux entreprises du CAC40, en passant par les organismes de formations, et sert cette volonté d’offrir des formations de plus en plus efficaces, flexibles, rapidement opérationnelles et disponibles auprès d’un maximum de personnes, grâce aux nouvelles technologies et au Web 2.0.

Consciente que l’apprentissage est un processus complexe et souvent propre à chacun, la société MOS-MindOnSite développe sa plateforme en fonction des besoins de ses clients et des apprenants, répondant à une nécessité de combiner formations traditionnelles en salle et formation à distance, tout en s’adaptant aux nouveaux modes de communication (forum, chat, wiki, partage de documents, vidéoconférences, etc.).

Quels sont les avantages de combiner de l’eLearning (formation à distance) et des formations en salle ?

Le eLearning sert souvent en effet de pré-requis et de base pour assister ensuite à une formation en salle, permettant notamment d’optimiser le temps de classe et d’en faire principalement un temps d’échange, moins théorique.

La formation à distance permet aussi aux apprenants mobiles (visiteurs médicaux, commerciaux, personnel navigant…) de se former où ils le souhaitent, quand ils le souhaitent, en s’adaptant ainsi à leurs contraintes de temps et de disponibilité.
Les formations en salle constituent donc un complément ponctuel, moins contraignant.

Dans les universités, le eLearning est aussi un moyen pour les étudiants de se former chez eux ou dans une salle dédiée, selon leurs besoins et leurs disponibilités, et tout en adaptant les sujets et leur rythme au cursus universitaire.

A noter, selon une étude du ministère de l’éducation américain de 2009 (Evaluation of Evidence-Based Practices in Online Learning, Barbara Means, US Department of Education):  « Les élèves/étudiants qui suivent – partiellement ou entièrement – un enseignement en ligne réussissent mieux, en moyenne, que ceux qui suivent le même cours en présentiel.
Et les résultats sont encore meilleurs avec un enseignement mixte (blended learning) associant apprentissage en ligne et présentiel. »

Les outils de travail collaboratifs et de communication intégrés aux plateformes, tels que les blogs, forums, chat, wiki, classes virtuelles, permettent désormais à l’apprenant d’échanger et de poser des questions même à distance.
Le tutorat est aussi un moyen indispensable pour accompagner les apprenants.

La formation à distance permet aussi d’homogénéiser les messages à un niveau national ou international.
Il n’est pas rare que certaines entreprises proposent à leurs salariés des formations eLearning «corporate », diffusées au niveau international, complétées par des formations en salle localisées au niveau du siège de chaque région ou pays, permettant ainsi de délivrer un message commun tout en s’adaptant aux spécificités locales.

Adopter le blended learning dans les entreprises, c’est aussi diminuer les coûts liés aux déplacements et à l’hébergement, relatifs aux formations présentielles.

« Pour 69% des entreprises interrogées, le choix du blended learning passe par une refonte des formations présentielles.
Faire du blended learning induit notamment une durée écourtée du présentiel.

[…] Le blended learning permet: des formations plus efficaces, une organisation personnelle plus souple pour l’apprenant, et pour l’entreprise une réduction des coûts de formation. […]
Son utilisation privilégie les formations métiers, les langues, le management, le leadership et le commercial car elles sont souvent adossées à des modules sur mesure.
Cependant, les entreprises avouent que les principales difficultés du blended learning portent sur la création de bons parcours pédagogiques… »
Source :  Etude Blended Learning et Tutorat, Demos, 2008-2009

Enfin, c’est aussi gagner en autonomie pour les entreprises et les universités, car les plateformes LCMS (Learning Content Management System), telles que MOS Chorus, permettent à la fois de créer des contenus sur-mesure grâce à un éditeur de contenu intégré à la plateforme, d’importer des contenus externes et de les gérer en toute liberté parallèlement aux utilisateurs, ce qui permet d’éviter d’avoir recours à des prestataires externes, et de bénéficier de l’expertise des personnes en interne pour développer des cours sur des thèmes précis.

Et demain ?

Source : étude Blended Learning et Tutorat, Demos, 2008-2009

Pour plus d’informations:

info@mindonsite.com

www.mindonsite.com

Ouverture d’une UE optionnelle inter-universitaire Accompagnement des étudiants en situation de handicap

50 h (3 ECTS), sur un semestre ou deux selon l’université, les cours étant dispensés au premier semestre de chaque année.

Objectifs

Le premier but poursuivi est de faire prendre conscience aux étudiants valides de la réalité du handicap et de faire évoluer les représentations sociales qu’a chacun des publics vis-à-vis de l’autre en favorisant leur connaissance réciproque. Ceci s’adresse aux étudiants désireux de s’ouvrir aux autres. Rencontre et échange sont des facteurs essentiels de réelle intégration de tous les étudiants, entre autres des étudiants en situation de handicap.

Le second but est d’apprendre aux étudiants engagés dans cette UE à contribuer utilement et avec tact à la compensation du handicap de leurs camarades par des activités concrètes (voir au verso).

Les étudiants se forment ainsi à diverses formes d’accompagnement, ce qui permet ensuite au Service Accueil Handicap de s’adresser à ces personnes formées pour les faire intervenir contre rémunération une fois leur UE terminée.

Pour cela, l’étudiant doit développer sa connaissance du milieu universitaire ainsi que ses capacités d’organisation, de communication et de pédagogie qui constituent actuellement de véritables atouts pour de nombreux débouchés professionnels à commencer naturellement par les métiers de la formation.

Enfin les étudiants suivant cette UE grossiront les rangs du public sensibilisé à la question de la participation des personnes handicapées à la société et concourront à la diffusion de cette sensibilisation dans le grand public, les entreprises etc.

Contenu

Enseignements (21 h) :

  • Aspects généraux (5 h)

–  Présentation et typologie générale des handicaps. Psychologie. Déontologie (secret médical). (3 h, Dr Elisabeth Bourbousson et Dr Brigitte Duda, CSGU).

–  Aspects réglementaires (1 h, Dominique Debouzy, UPMF).

–  Aspects sociaux, organisation de l’accueil universitaire (1 h, Anne Ravix-Bernard, CROUS-SAH, Jean-Michel Richard, SAH)

  • Aspects particuliers et modes de compensation (10 h)

–  Déficience auditive et modes de compensation (LSF, LPC) (2 h, Isabelle Estève, US).

–  Modes de compensation de la déficience motrice (2 h, Martine Ronat, SAH).

–  Modes de compensation de la déficience motrice pour l’apprentissage individuel (2 h, Martine Ronat, SAH).

–  Modes de compensation de la déficience visuelle (matériels, Braille, adaptation des documents pédagogiques, 2 h, Françoise Lloret, AVH).

–  Troubles psychologiques (2 h, Dr Y. Mallion, CSGU).

  • Enseignement pratique : sensibilisation aux conditions de vie quotidienne (mise en situation, conduite à tenir, apprentissage de l’accompagnement) (6 h)

– parcours en fauteuil roulant (2 h, Olivia Wendling, UPMF),

– mise en situation de déficience visuelle (2 h, Brigitte Bruas, AVH)

– mise en situation de déficience auditive (2 h, Isabelle Estève, US).

q    Accompagnement d’étudiants handicapés (29 h dont le travail personnel).

  • Options possibles :

– Accompagnements divers :

  • faciliter le travail et l’expression des étudiants en situation de handicap (lecture, prise de notes, écriture de devoirs ou d’exercices, enregistrements audio, scannage, agrandissement de documents, aide à la consultation de documents, aide à la recherche documentaire en bibliothèque et sur internet, secrétariat aux examens, etc),
  • les aider dans leurs activités d’étude (classement, rangement, etc),
  • en fonction des compétences, les soutenir par un tutorat (méthodologie, travail sur les cours ou TD, exercices),
  • les accompagner dans leur vie quotidienne (courses, démarches etc) ou de loisirs (sorties culturelles ou festives etc).

– Accompagnement sportif (Olivia Wendling, UPMF).

– Approche pratique du LPC ou de la LSF. Tout ou partie de cet enseignement sera pris sur la partie accompagnement de l’UE. Ces cours débutant très tôt dans l’année, les étudiants intéressés doivent se signaler dès que possible.

Organisation

Les enseignements ont lieu le mardi de 17 à 19 h (début le mardi 29 septembre).

Chaque étudiant est encadré par un référent auquel il peut s’adresser à tout moment. L’UE est évaluée par les étudiants en fin de cycle.

Contrôle des connaissances

Ce module est validé par une épreuve théorique et un court rapport présentant les activités effectuées, les difficultés rencontrées, les solutions apportées et les leçons tirées de l’accompagnement effectué.

Responsable :

Jean-Michel Richard         Service Accueil Handicap de GRENOBLE UNIVERSITÉS

04 76 82 84 70 accueil-handicap@grenoble-univ.fr

Apple : Mise à jour Safari 5

Cette mise à jour comprend de nouvelles fonctionnalités, en voici quelques unes.

  • Lecteur Safari : cliquez sur la nouvelle icône du lecteur pour afficher des articles web dans une seule page.
  • Meilleures performances : Safari 5 exécute JavaScript jusqu’à 25 % plus vite que Safari 4. Une amélioration de la mise en mémoire cache des pages et la pré-lecture DNS accélèrent la navigation.
  • Options de recherche avec Bing : le champ de recherche de Safari permet désormais d’effectuer des recherches sur Bing, en plus de Google et Yahoo!.
  • Amélioration de la prise en charge de l’HTML5 : Safari prend en charge plus d’une dizaine de fonctionnalités HTML5, y compris la géolocalisation, la lecture en plein écran et les sous-titres codés pour les vidéos HTML5, une nouvelle division des éléments (article, aside, footer, header, hgroup, nav et section), HTML5 AJAX History, EventSource, WebSocket, l’attribut HTML5 draggable, la validation de formulaires HTML5 et HTML5 Ruby.
  • Outils Safari pour les développeurs : un nouveau panneau de chronologie de l’Inspecteur web montre comment Safari interagit avec un site web et identifie les zones à optimiser. De nouveaux raccourcis clavier accélèrent le passage d’un panneau à l’autre.

La mise à jour offre certaines améliorations, en voici quelques unes.

  • Champ d’adresse intelligent : offre désormais des suggestions tirées des titres des pages web présentes dans l’historique et dans les signets, ainsi que n’importe quelle partie de leur URL.
  • Réglages relatifs aux onglets : possibilité d’ouvrir les nouvelles pages web dans des onglets plutôt que des fenêtres séparées.
  • Accélération matérielle pour Windows : utilisation de la puissance du processeur graphique pour améliorer l’affichage du contenu multimédia et des effets sur un PC comme sur un Mac.
  • Affichage de la date dans l’historique de recherche : dans le mode de recherche dans l’historique complet, un nouvel indicateur affiche la date à laquelle les pages web ont été consultées.
  • Bouton Top Sites / Historique : le passage de la fenêtre Top Sites à celle de recherche dans l’historique complet est facilité grâce au nouveau bouton qui apparaît en haut de chaque mode.
  • Icône de navigation privée : une icône « privée » apparaît dans le champ d’adresse intelligent lorsque la navigation privée est activée. Cliquez sur l’icône pour désactiver la navigation privée.
  • Pré-lecture DNS : Safari cherche les adresses des liens apparaissant sur les pages web afin de charger ces pages plus rapidement.
  • Meilleure mise en mémoire cache des pages : Safari peut ajouter des types de pages web supplémentaires au cache pour les charger plus rapidement.
  • XSS Auditor : Safari peut filtrer les scripts potentiellement dangereux utilisés dans les attaques XSS.
  • Meilleure prise en charge de JavaScript : Safari permet aux applications web d’utiliser JavaScript Object Notation (JSON) offrant une exécution plus rapide et plus sécurisée.

Pour plus d’informations concernant les améliorations relatives à la performance, la stabilité et la compatibilité, consultez le sitehttp://support.apple.com/kb/HT4134?viewlocale=fr_FR.

Pour plus d’informations concernant le contenu de sécurité de cette mise à jour, consultez le site http://support.apple.com/kb/HT1222?viewlocale=fr_FR.