L’Université Lyon 1 ne veut plus de Gmail pour la consultation de ses emails – PC INpact

L’Université Claude Bernard Lyon 1 fait actuellement parvenir aux étudiants un email pour leur rappeler que leurs adresses scolaires ne doivent pas être utilisées depuis un service tiers. C’est notamment le cas de Gmail qui est actuellement le plus populaire chez les étudiants. L’université craint principalement des soucis de sécurité et un potentiel impact financier.

viaL’Université Lyon 1 ne veut plus de Gmail pour la consultation de ses emails – PC INpact.

Le grand méchant MOOC ou la rupture en marche dans l’éducation supérieure | Le blog de Philippe Silberzahn

J’ai eu l’occasion d’exprimer dans deux articles précédents pourquoi je pensais que les grandes écoles de commerce étaient en train de subir une rupture profonde de leur environnement. La raison est que leur modèle économique est à bout de souffle et qu’elles se font attaquer de toutes parts, et en particulier par le développement de solutions lignes dites « MOOC » ce qui signifie massive online open courses. En fait il serait plus exact que les MOOC n’attaquent pas directement les grandes écoles, du moins pas encore, et c’est là tout la difficulté. Pour comprendre pourquoi, un petit détour historique s’impose…

Le grand méchant MOOC ou la rupture en marche dans l’éducation supérieure | Le blog de Philippe Silberzahn.

Acronymes, mots et expression : faut-il remplacer TICE par NumériquE ? « Veille et Analyse TICE

« Convergence et intégration font actuellement émerger un terme qui n’est pas nouveau mais dont l’usage générique s’impose progressivement, le terme « numérique ». Désormais il est convenu d’utiliser ce terme en remplacement de tous les autres chaque fois que c’est possible. Chacun de nous, pris dans la tourmente des mots n’hésite pas à s’en emparer, consacrant ainsi ce fait social total dont la limite éducative, voire scolaire, est désormais bien illusoire. On va donc employer cette expression dans tous les cas où elle apparaîtra comme englobant comme « culture numérique », « ère du numérique », « société numérique »… Cette évolution est intéressante mais pose un problème dans le contexte de l’éducation. L’indifférenciation de ce terme risque d’en faire oublier les spécificités selon les contextes. Ainsi pourrait-on parler de Numérique en Education, Numérique en Communication, etc… et limiter l’utilisation isolée de ce mot aux analyses globalisantes. »

Acronymes, mots et expression : faut-il remplacer TICE par NumériquE ? « Veille et Analyse TICE.

Enseignement des langues à l’université et TIC : enjeux actuels et exemples de dispositifs – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Vidéo – Canal-U

Conférence de Cédric Brudermann, maître de conférences en anglais à l’Université Pierre et Marie Curie et de Nicole Poteaux, professeur en sciences de l’éducation à l’université de Strasbourg. Dans le cadre du cycle de conférences nationales « Apprendre avec le numérique dans l’enseignement supérieur au 21ème siècle », la Mission Numérique pour l’Enseignement Supérieur (MINES) du MESR et l’Université Numérique de Paris Ile de France (UNPIdF).

viaEnseignement des langues à l’université et TIC : enjeux actuels et exemples de dispositifs – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Vidéo – Canal-U.

La salle de classe réinventée | Affaires universitaires

 » Desire2Learn, ou D2L, joue un rôle prépondérant sur le marché mondial des systèmes de gestion de l’apprentissage (SGA). Un grand nombre de collèges et d’universités utilisent ces plateformes afin d’offrir des cours en ligne et d’enrichir les échanges en classe. Les professeurs se servent des SGA pour concevoir les cours et afficher du contenu en ligne et les étudiants, pour accéder aux documents à lire, répondre à des tests et remettre leurs travaux.

Les SGA ont profondément transformé l’enseignement, indique Stephen Downes, chercheur principal au Conseil national de recherches du Canada (CNRC) et spécialiste de l’apprentissage en ligne et des nouveaux médias. Comme les professeurs affichent les notes de cours et les lectures en ligne, ils peuvent réserver le temps en classe à la résolution de problèmes, à des périodes de questions et à des activités de pédagogie active, d’où le concept de « classe inversée ». »

La salle de classe réinventée | Affaires universitaires.

«Home»: Facebook veut rassurer les mobinautes sur les questions de confidentialité – 20minutes.fr

Après la présentation jeudi de «Facebook Home», qui place le réseau social au cœur du système d’exploitation mobile Android, les défenseurs de la vie privée se sont alarmés des dérives potentielles. Facebook fait le point…

«Home»: Facebook veut rassurer les mobinautes sur les questions de confidentialité – 20minutes.fr.

MOOC – Une machine peut-elle noter une dissertation aussi bien qu’un professeur ? | Big Browser

« EdX, une entreprise à but non lucratif lancée par l’université Harvard et le Massachusetts Institute of Technology (MIT), aux Etats-Unis, vient de créer un logiciel destiné à noter automatiquement les dissertations d’étudiants, rapporte leNew York Times jeudi.

Le logiciel est conçu pour être téléchargeable gratuitement sur Internet par toute institution de langue anglaise qui le désire. Il s’appuie, pour chaque dissertation, sur un ensemble de copies (une centaine) corrigées par de véritables professeurs. Le programme est censé s’adapter au sujet suivant les modèles qu’il discerne dans cet ensemble de copies. Ses promoteurs le jugent « de niveau équivalent » à une notation réelle et particulièrement efficace, puisqu’il note instantanément et laisse la possibilité aux étudiants de reprendre leur travail pour l’améliorer. »

MOOC – Une machine peut-elle noter une dissertation aussi bien qu’un professeur ? | Big Browser.

MOOC : attention, mirage ? | Jean-Luc Vayssière

« Comme en témoigne un article récent d’Olivier Rollot sur son blog, les Massive On-line Open Courses (MOOC) – la mise en ligne gratuite et en grand nombre de cours universitaires – commencent à faire leur apparition dans le débat public, même s’il y a déjà un moment que la presse spécialisée s’est saisie de la question. Ce n’est que le dernier avatar de la révolution numérique appliquée au monde universitaire, qui figure en bonne place dans le projet de loi actuellement élaboré par le ministère.

Difficile, pourtant, de ne pas y voir un effet de mode, destiné à envahir les projets de contrats quinquennaux et autres demandes de financement destinés à la formation universitaire, aux côtés des TICE, dans la droite ligne du e-learning et des learning-centers du début des années 2000, mais aussi de tous les projets utopiques d’enseignement à distance, par la télévision dès les années 1970, puis par l’intermédiaire de l’informatique dans les années 1980. Cette répétition cyclique me conduit à m’interroger sur le rapport entretenu par l’université, et plus largement le monde de l’enseignement, avec la technologie. »

MOOC : attention, mirage ? | Jean-Luc Vayssière.

Les écoles du Web innovent pour former les cadres de l’économie numérique

Dans la foulée de la révolution numérique, les premières écoles de l’Internet ont ouvert leurs portes. Hétic, la pionnière, a montré la voie en 2002. Sup’Internet et l’Ecole européenne des métiers de l’Internet (EEMI) ont suivi en 2011 ; avant que la Web School Factory et Sup de Web ne rejoignent le club un an après.

viaLes écoles du Web innovent pour former les cadres de l’économie numérique.