Téléphones portables, réseaux sociaux et cyber-harcèlement… | Actualitice

« L’institution scolaire doit encourager la création d’images par les élèves et les intégrer au cours, pourquoi pas avec les téléphones portables », déclare Serge Tisseron, psychiatre et directeur de recherche à l’université Paris-Ouest Nanterre à l’occasion d’un colloque intitulé « Les jeunes sur la toile – Quelles protections pour quels risques ? », organisé le mardi 10 janvier 2012 à Paris. Même si la sortie de cet éminent spécialiste sur le téléphone portable à l’école a fait grand bruit, il ne s’agit que d’une réflexion anecdotique dans le cadre d’une journée ou le cyber-harcèlement a été la notion mise à l’honneur. Pour Éric Debarbieux, président de l’Observatoire international de la violence à l’école, le cyber-harcèlement n’est pas seulement le prolongement de la violence scolaire, c’est autre chose.

La notion de cyber-harcèlement, « cyberbullying » en anglais, agite toute la communauté éducative mondiale. Il s’agit d’une forme de criminalité encore peu reconnue et peu portée devant les tribunaux. Les victimes se plaignent d’être harcelées sur internet, notamment par le biais des réseaux sociaux. Les adolescents possesseurs de smartphone, en connexion quasi-ininterrompues avec leurs « friends » sur facebook ou leurs « followers » sur twitter sont les premiers touchés. Certains experts vont jusqu’à affirmer qu’un adolescent sur deux en serait victime ou en aurait été victime.

viaTéléphones portables, réseaux sociaux et cyber-harcèlement… | Actualitice.