Les réseaux d’anciens élèves se cristallisent sur la toile | Actualitice

Les anciens élèves, appelés « alumni » dans le monde anglo-saxon, se retrouvent dans des clubs, associations ou réseaux. Certains de ces groupes sont prestigieux comme le fameux réseau des « Harvard Clubs » dont le maillage couvre la plus grande partie du monde occidental. Depuis l’apparition des réseaux sociaux la donne a changé, car les anciens élèves se retrouvent désormais sur la toile. Ces anciens élèves permettent aux établissements d’enseignement supérieur de recruter des profils d’élèves et d’enseignants intéressants, de favoriser l’intégration des diplômés sur le marché du travail et de récolter des dons. Aujourd’hui, les réseaux sociaux démocratisent la culture des clubs d’« alumni » puisque des services permettent à Harvard, comme d’ailleurs à n’importe quelle université publique, d’ouvrir son réseau d’anciens élèves sur internet.

Pierre Bourdieu aurait sûrement été intéressé par les réseaux sociaux car certains de leurs usages donnent un éclairage nouveau sur le concept de « capital social », un capital que détient chaque individu, et qui se mesure au nombre et à la qualité des relations qu’il entretient avec d’autres personnes. Certains étudiants sont plutôt bien lotis selon leur milieu social et les établissements qu’ils fréquentent, d’autres n’ont pas la chance de fréquenter du beau monde et sortent de la fac avec un déficit par rapport aux premiers. L’importance de ce capital social pourrait être augmentée par les réseaux sociaux et cela même avant l’entrée à l’université.

viaLes réseaux d’anciens élèves se cristallisent sur la toile | Actualitice.