Pour la Science – L’avenir incertain d’Internet

Le Web est né au CERN il y a 25 ans. Il a depuis conquis le monde, et son essor oblige désormais à ce qu’on l’étudie scientifiquement : il s’agit de prévoir son développement, d’améliorer l’accès à l’information, de lutter contre la cybercriminalité et de mieux gérer nos vies en ligne.

Nigel Shadbolt et Tim Berners-Lee

Depuis l’invention et l’envolée du World Wide Web au milieu des années 1990 , son utilisation a explosé. Ainsi, en 2014, on estime que chaque minute, deux millions de requêtes Google sont effectuées, 571 nouveaux sites web sont créés, 2 000 nouvelles photos sont ajoutées sur Tumblr, 204 millions d’emails sont envoyés… Le Web a révolutionné les secteurs des médias, de la banque, de la santé, etc. Mais se rend-on bien compte que le Web représente plus que la somme de ses pages ? D’importantes propriétés émergentes sont apparues et transforment la société. Le courrier électronique a apporté la messagerie instantanée et, avec elle, des réseaux sociaux tels que Facebook. Le transfert de documents a débouché sur des sites de partage de fichiers qui ont conduit à des portails tels que YouTube. Et l’étiquetage des contenus crée des communautés d’internautes qui partagent tout, de l’actualité musicale aux conseils pour l’éducation des enfants.

Toutefois, peu de chercheurs étudient comment naissent ces propriétés émergentes, comment nous pourrions les domestiquer, quels phénomènes nouveaux pourraient apparaître ou ce que tout cela peut signifier pour l’humanité. Une nouvelle discipline, la science du Web, a ces questions pour objet.

viaPour la Science – L’avenir incertain d’Internet.