Michelle Weise : « À l’avenir, chaque étudiant se constituera son propre cursus » – Educpros

« Ce qui se passe en ce moment, c’est que l’enseignement supérieur américain connaît cette fois, via le numérique, une période d’innovations ­disruptives. Contrairement aux innovations durables, celles-ci rebattent les cartes : elles impliquent d’élargir le public cible, de changer le produit et les prix, elles forgent une nouvelle définition de la qualité, l’échelle d’évaluation n’est plus la même.

De quoi s’agit-il ? En 1989, l’université de Phoenix a été la première institution à lancer des cursus entièrement en ligne. Des diplômes d’une qualité basique mais honnête, juste ce qu’il fallait pour satisfaire un nouveau public qui, sinon, ne pouvait pas se former du tout. Car c’est bien de cela dont il s’agit. Évidemment, si l’on compare avec le cursus de Princeton, il n’y a pas photo. Mais ces diplômes en ligne visent des personnes souvent plus âgées, qui travaillent et ont besoin de flexibilité.

Aujourd’hui, ces diplômes se multiplient, avec une nouvelle politique de prix vraiment attractifs. La révolution vient aussi du contenu : nombre de ces cours sur le Web sont modulaires [formats courts, contenu très ciblé, NDLR] et orientés vers des compétences professionnelles. En soi, ce type d’enseignement n’est pas nouveau, mais suivre ces cours en ligne et à ces tarifs change la donne. Ces nouvelles manières de se former, qui permettent de toucher un autre public, sont efficaces pour apprendre et vérifier que les compétences sont acquises, et chacun peut aller à son rythme. »

viaMichelle Weise : « À l’avenir, chaque étudiant se constituera son propre cursus » – Educpros.